L'art de (se) diriger ( le blog de Laurent Pellegrin)

L'art de (se) diriger ( le blog de Laurent Pellegrin)

Les vertus de la gratitude (détour par la santé)

"Dans la vie de tous les jours, la vie professionnelle, personnelle, amoureuse ou amicale, la force et la réussite sont des vertus qui ne doivent pas en écraser une autre : la gratitude. Et il en va de même face à la maladie. On sait depuis longtemps que la détermination à vivre est un des ciments de la guérison chez un malade. De nombreuses études ont montré qu’un état d’esprit combattif pouvait aider à triompher de maladies aussi graves que le cancer. Mais le malade doit aussi cultiver l’humilité, pour regarder en lui avec toute la vérité qui est nécessaire.

Des psychologues anglais ont montré que les personnes à qui ils avaient demandé d’éprouver chaque jour un peu de reconnaissance avaient, au bout de deux semaines, un meilleur sommeil et une tension artérielle abaissée par rapport à un groupe comparable .
Une équipe irlandaise a montré qu’en seulement trois semaines, un groupe de personnes qui devaient noter chaque jour 5 choses dont elles se sentaient reconnaissantes voyaient leur niveau de stress et de dépression chuter jusqu’à 27 % (aucun effet n’a été noté dans un groupe comparable où chacun devait simplement noter 5 choses qui lui étaient arrivées dans la journée).

« Notre corps aime la vérité », disait le Dr David Servan-Schreiber. Et la vérité impose de se dire que nous avons besoin des autres, que nous leurs sommes redevables, au moins un petit peu. Alors s’ouvrent des portes insoupçonnables. Face à la maladie, gratitude et humilité peuvent conduire à se poser des questions déterminantes pour guérir :

  • Ai-je été jusqu’à présent la personne que je veux vraiment être ?
  • Ai-je dit à ceux qui m’entouraient à quel point ils comptaient pour moi ?
  • Si je peux être légitimement fier de mes réussites, ai-je accepté mes erreurs ?
  • Etc.


Faire ce « travail » d’humilité, dans le fond, c’est ce qui peut nous rendre le plus grand service. Reconnaître ses torts, reconnaître ce qu’on doit aux autres, ce n’est pas un aveu de faiblesse. C’est tout simplement remettre la balance à l’équilibre. Et l’équilibre, c’est toujours ce que notre corps réclame pour affronter l’adversité."

 

Source : Gabriel Combris PureSante.com)



31/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres